10 08 | 2012

Des bibliothèques publiques

Written by Tanguy

Classified in : Homepage, Divers, Debian-FR, April, Pirate-FR

Vous connaissez les bibliothèques publiques de prêt, qui permettent aux usagers d'emprunter des livres, de la musique et des flims. Vu l'évolution actuelle de tout ce qui entoure le droit d'auteur, j'ai récemment pensé à ces deux questions à ce sujet :

  1. Les bibliothèques de prêt sont-elles une bonne chose pour la Culture¹ ?
  2. Si ces établissements n'existaient pas et que quelqu'un — rêvons un peu, disons un ministre de la Culture — émettait cette idée, les sociétés de gestion de droits d'auteur, les majors et toute leur clique — les moines copistes de DVD — accepteraient-ils ce projet ?

Je vous laisse deviner la question bonus en guise de conclusion…

Un chat allongé à côté d'une pile de livres

Notes

  1. Par Culture, j'entends ce dont s'occupe le ministère du showbiz. Ou est censé s'occuper.

7 comments

monday 13 august 2012 à 11:22 aucuneimportance said : #1

Ha, ha, très drôle. Deux questions complètement artificielles et évidemment biaisés qui démontrent que l'auteur n'a en fait pas vraiment réfléchi à la question...

Primo, suffit de mettre un peu les pieds dans une bibliothèque un peu multimédia (quasiment toutes à l'heure actuelle) pour se rendre compte qu'on n'y fait pas de la culture-showbiz (bien que sous l'égide du mnistère de la culture!).
Deuxio, les bibliothèque à prêt publique datent du début XX, donc au moins en même temps que la mise en place des droits d'auteurs et cie. la SACEM date de 1850.
Enfin bref, faut peut-être éviter de "penser" dans un domaine sans s'être renseigné un peu avant.
Je prend le pari que l'auteur de ces questions "à-gros-sabots" n'a probablement même pas penser que le "piratage" découlant de ces bibliotèques (on emprunte un DVD/CD puis on se le copie) est peut-être justement la part de piratage "tolérée" par ces compagnies pour inciter les utilisateurs à acheter ultérieurement.
C'est en gros l'argument habituel selon lequel les pirates sont aussi des acheteurs ... mais dans un contexte légal !

monday 13 august 2012 à 11:44 Tanguy said : #2

@aucuneimportance : Vous êtes sûr d'avoir bien lu mon article ? N'hésitez pas à le relire, parce que j'ai l'impression que nous sommes d'accord, en fait. Pour être précis : je sais bien que les bibliothèques ne sont pas dans la culture showbiz. Je sais que leur existence est ancienne, et je sais très bien que les utilisateures des bibliothèques sont les meilleurs clients des libraires. J'ignorais que la Sacem était plus ancienne, mais depuis elle a muté en un monstre qui va jusqu'à attaquer des écoles primaires pour avoir osé chanter dans des spectables sans but lucratif. C'est justement cette mutation que je critique : si les bibliothèques n'existaient pas et qu'on proposait d'en créer aujourd'hui, ces monstres l'accepteraient-ils ?

monday 13 august 2012 à 14:52 aucuneimportance said : #3

Bouh la méchante SACEM... C'est sûr qu'en ne regardant qu'avec le petit bout de la lorgnette la réponse est toute trouvée...
Ben faut aussi lire le commentaire alors : sous-entendre que la réponse serait nécessairement non est une illusion d'optique : rien ne permet de l'affirmer. Le système fonctionne *déjà* avec une entente entre les sociétés et les bibliothèques et que je sache les bibliothèques ne sont pas en train de fermer les unes après les autres et s'efforçent de développer une offre multimédia...
Actuellement le gros problème des bibliothèques c'est surtout de faire venir le public (qui préfère maintenant consommer de manière numérique...).

tuesday 14 august 2012 à 11:37 Tanguy said : #4

Article prémonitoire, je ne croyais pas si bien dire : http://www.numerama.com/magazine/23398-furieux-et-paranos-des-auteurs-font-fermer-un-site-legal-de-prets-de-livres.html

wednesday 15 august 2012 à 12:07 aucuneimportance said : #5

Arf, elle était prévisible celle-là...
L'affaire est un peu plus compliquée que le résumé "à la numérama" (lire les commentaires /en anglais/ sur le site decnet.com, tout n'est pas aussi clair)...
et ensuite elle ne concerne pas les bibliothèques publiques, le sujet initial du post, et il ne s'agit (justement!) pas d'une action concertée des compagnies de gestion des droits.

M'enfin, s'il faut faire dans la confusion pour avoir raison, on n'est pas à ça prêt hein... On pari sur le faire que le lecteur va tout gober...

wednesday 15 august 2012 à 12:22 Tanguy said : #6

@aucuneimportance : Oh, ce n'est pas pour avoir raison, simplement pour mettre en évidence l'état de pourriture avancée de ce monde des moines copistes de DVD, et la nécessité d'une réforme de ce droit d'auteur inadapté.

saturday 25 august 2012 à 17:48 Macaque said : #7

@aucuneimportance Moi je trouve au contraire ces questions intéressantes et vous semblez plutôt essayer d'évitez que l'on se pose cette question plutôt que d'essayer d'apporter des arguments clairs pour y répondre, quel que soit votre point de vue.
En grosse approximation le prix d'un livre peux être comparé à celui d'une place de ciné ou à disons la moitié d'un dvd.
Pourtant un livre est gratuit en accès (lire une bd dans une bibliothèque) et même si notre bibliothèque est payante l'abonnement par an est très faible (auquel l'état doit je crois ajouter 1€50 par abonnés).
Il me semble qu'en france les bibliothèques achetent généralement les livres moins chers que le prix publiques (rabais jusqu'à 9% par les libraires), et depuis 2002 la loi indique claireement qu'un auteur ne peut refuser que son livre soit prêté en librairie.
Pour autant il y a toujours des auteurs qui écrivent, ils n'ont pas disparu.
A contrario pour prêter un DVD une bibliothèque doit négocier ces droits avec lesproducteurs, distributeurs, ayant-droits (et donc généralement soit se le faire refuser soit le monnayer).
Si les conditions étaient les même dans les deux cas, on pourrait sans doute avoir accès pour disons 40 euros par ans à un très grand nombre de films.
(Merci de me corriger si mes propos sont éronnés.)
Et comme une bibliothèque physique à forcément beaucoup plus de frais d'infrastructure qu'une bibliothèque virtuelle, pourquoi ne verrais t'on pas s'ouvrir une grande bibliothèque de france sur internet.
Cela étant je n'essaie pas de cacher qu'il y a des arguments pour dire que les deux situations ne sont pas entièrement comparable :
Sur la durée de prêt, il faudra générallement plus de temps pour lire un livre (rq : ce n'est pas vrai pour les bds), il faudrait donc peut être moins d'exemplaire de films pour le même nombre de clients.
Sur la production d'un film qui implique plus d'acteurs différents que l'écritures d'un livre et coûte plus chers.
Sur l'ancienneté du livre par rapport aux films, on lit beaucoup de livre "anciens", on regarde plutôt des films récents.
Il y a aussi un argument que je sens poindre sur la différence entre culture et divertissement, mais j'ai envie de dire que cette distinction existe plutôt entre les oeuvres dans ces différentes catégories...
Cela dit les films ont aussi un gros avantage, ils sont d'abord diffusés aux cinémas avant de pouvoir atterir dans une bibliothèque.

Write a comment

What is the fifth letter of the word ksbllw? : 

Archives