28 03 | 2014

Payez en liquide (et autres mesures de protection de la vie privée)

Written by Tanguy

Classified in : Homepage, Divers, Debian-FR, April, Pirate-FR

TL;DR¹ : les banques cherchent à exploiter les données de paiement par carte bancaire, il est donc temps de revenir au bon vieux liquide, intraçable et anonyme.

Développement d'une possibilité de surveillance généralisée

Notre vie privée s'érode petit à petit, tandis que s'instaure une possibilité de surveillance généralisée. C'est particulièrement visible avec le développement des systèmes de traitement automatique ces dernières décennies, mais ce mouvement est en réalité plus ancien :

Développement d'une possibilité de surveillance généralisée

Notre vie privée s'érode petit à petit, tandis que s'instaure une possibilité de surveillance généralisée. C'est particulièrement visible avec le développement des systèmes de traitement automatique ces dernières décennies, mais ce mouvement est en réalité plus ancien :

  • Dans l'Antiquité, puis au Moyen-Âge, l'État ne connaissait pas d'une façon générale l'identité de ses ressortissants ni de ses habitants, à moins d'effectuer de coûteux recensements.
  • Puis, je ne sais quand, un premier fichage systématique a eu lieu, de sorte que nous sommes connus par l'État dès notre naissance.
  • Un jour, il est devenu indispensable en pratique d'utiliser les services de banques, qui connaissent et disposent des pleins pouvoirs sur l'essentiel de notre patrimoine financier.
  • Depuis l'introduction de la carte bancaire, les banquiers savent pour la plupart de leurs clients où ils se déplacent et où et quand ils effectuent leurs achats.
  • Depuis l'introduction de la vente à distance, notamment par Internet, ces fournisseurs savent exactement ce que chacun de leurs clients leur achètent. Il en est de même pour le commerce local avec les cartes de fidélités, qui ont été créées pour cela.
  • Avec les téléphones portables, les opérateurs connaissent, à la cellule GSM près, les déplacements de tous leurs clients.
  • Avec l'introduction des titres de transport nominatifs tels que les cartes Navigo ou Vélib' à Paris, les régies de transport en commun connaissent avec une précision de l'ordre de la centaine de mètres tous les déplacements d'une grande partie des habitants de ces villes.

En quelques siècles, nous sommes donc passés d'une situation où, sorti du cercle des voisins, des amis et de la famille, chacun était inconnu et ses actions anonymes, à une situation où nous sommes connus et fichés dès notre naissance, et où des entreprises privées connaissent très précisément nos déplacements et nos achats, sans parler de nos communications. Chose plus inquiétante, on s'habitue peu à peu à ce qui paraissait scandaleux il y a quelques dizaines d'années et qui l'est pourtant toujours autant.

Dernières nouvelles : l'exploitation des données d'utilisation des cartes bancaires

Cartes de crédit

Il est souvent objecté que ces entreprises n'exploitent pas ces données. C'est parfois vrai, mais l'expérience montre que lorsqu'il y a une possibilité qu'un abus soit commis, cela arrive tôt ou tard². Face au risque d'exploitation des données d'utilisation des cartes bancaires, on suppose ainsi que ces données n'intéressent pas les banquiers. Sauf que : en fait si.

Limiter l'exploitation de nos données personnelles

Au niveau personnel, il est possible de limiter l'exploitation de données nous concernant, simplement en évitant de les fournir au départ. Comme souvent, il s'agit d'un compromis entre la vie privée parfaite et la fonctionnalité complète. Ainsi, voici une liste de propositions qui permettent de limiter la casse en restant à un niveau de contrainte raisonnable :

  • Payer en liquide : cela implique d'effectuer des retraits de montants plus élevés au distributeur le plus proche de chez soi, d'avoir sur soi un peu plus de liquide et d'en stocker une petite réserve de liquide chez soi. À la rigueur, payer par chèque, les banques enregistrant bien moins d'informations qu'avec les cartes bancaires.
  • Préférer les magasins locaux à la vente à distance. En plus ça coûte moins cher en transport, et par conséquent ça pollue moins.
  • Se déplacer de façon anonyme : si on doit utiliser une carte de transport, prendre la version anonyme, qui existe grâce à la contrainte de la CNIL sur les régies de transport.
  • Éteindre son téléphone mobile pendant les déplacements : il n'est certainement pas pratique de l'éteindre tout le temps, mais puisqu'il est de toute façon interdit de téléphoner en voiture ou à vélo, et que c'est très peu pratique en bus ou en métro, autant ne pas révéler notre position pendant les transports. Même chose pendant les promenades, randonnées ou sorties en général : si on ne s'attend pas à être appelé ou à devoir appeler quelqu'un, autant éteindre le téléphone, en plus ça économise de l'énergie.

Notes

  1. Too long; didn't read, soit trop long, pas lu. C'est un résumé pour décideurs pressés.
  2. Voyez par exemple le cas des verrous numériques sur les livres, qui permettent aux vendeurs de désactiver à distance la lecture d'un livre acheté par un lecteur. Bah, de toute façon ils ne le feront jamais, tu t'inquiètes pour rien. Ah, ben en fait si, Amazon l'a fait. 743.

4 comments

tuesday 01 april 2014 à 14:54 Ted said : #1

Très bon poisson d'avril :p

tuesday 08 april 2014 à 22:58 poisson said : #2

ou pas ...

saturday 12 april 2014 à 19:02 Baronsed said : #3

Important

Téléphones : c'est insuffisant, il faut également retirer la batterie.

Cartes bancaires & navigo : elles sont lues par tous les portiques et les NFC émettent jusqu'à 15 mètres, donc un peu de papier d'alu dans le portefeuille n'est pas de trop. Pour mémoire, les CB contiennent la liste de vos 20 derniers achats. En clair.

monday 14 april 2014 à 15:50 maxime said : #4

Il existe aussi des CB prépayées :-) bon certes c'est encore des CB mais tu peux la jeter et en racheter une ailleurs (et les frais sont pas les mêmes)

Write a comment

What is the fourth letter of the word nkviku? : 

Archives