13 01 | 2016

Réprimander un pollueur

Written by Tanguy

Classified in : Homepage, Divers, Debian-FR, Râlerie

Je n'aime pas les incivilités, et parmi celles-ci, le dépôt d'ordures sur la voie publique. Ce sentiment est aujourd'hui largement partagé, et certaines villes commencent d'ailleurs à réprimer ces comportements.

Il est toutefois un type particulier d'ordure que beaucoup de gens jettent sur la route sans même y penser : les mégots de cigarettes. Il s'agit bien d'ordures, de surcroît très polluantes, et leur place est dans un cendrier ou une poubelle. Leur dépôt sur la voie publique est passible d'une amende de 68 euros.

Mégots de cigarette

4 × 68 = 272 euros d'amende

Réprimander un fumeur-pollueur

J'étais à vélo. Un feu est passé au rouge, la voiture devant moi s'y est arrêtée, et son conducteur a jeté un mégot par la fenêtre. Je me suis avancé à son niveau, ai ramassé ce mégot, et l'ai remis dans la voiture par la fenêtre toujours ouverte : « C'est interdit de jeter des ordures sur la voie publique, Monsieur. »

Il n'y a pas à dire, ça défoule. Et ça énerve beaucoup le malappris concerné : « Ça [ne] va pas non, connard ? Petite bite ! » Prévoyant, j'avais déjà commencé à m'éloigner.

Conseils

Dans certaines villes, la police commence tout juste à réprimer le dépôt de mégots par des piétons, mais à ma connaissance, rien n'est encore fait pour les automobilistes, bien qu'ils n'aient aucune excuse, leur véhicule pouvant être muni d'un cendrier. Il est donc utile de les réprimander soi-même, mais sans jamais se livrer à des dégradations, parce qu'il s'agit de promouvoir le respect et non de rendre justice : une phrase et une restitution du mégot suffit.

Le pollueur étant par définition un être peu civilisé, cette action peut l'énerver et le conduire à tenter d'exercer des représailles. Il est donc important de faire cela dans des conditions qui permettent d'éliminer ce risque :

  • À vélo ou patins à roulettes, afin qu'il ne puisse pas vous rattraper s'il descend de sa voiture dans le but de vous frapper (c'est un comportement assez fréquent, qui mérite une amende pour tentative de coups).
  • Dans une rue bordée de trottoirs plantés d'arbres ou munis de barrières anti-stationnement, afin de pouvoir se mettre à l'abri s'il décide d'utiliser sa voiture dans le but de vous percuter (j'ai déjà vu ce genre de comportement après avoir réprimandé un chauffard pour un autre motif, et ça mérite un emprisonnement pour tentative d'homicide).
  • Pour un pollueur qui n'a pas l'air d'une brute trop décérébrée pour être récupérable pour la société, qui pourrait être vraiment dangereux.

En cas de problème, souvenez-vous que contrairement à vous, le pollueur a une voiture, donc une immatriculation qui permet de l'identifier ; n'hésitez pas à le lui rappeler.

Conclusion

Bien que le pollueur lui-même puisse être considéré comme une ordure pour son comportement, il peut être recyclé pour avoir une seconde vie, respectueuse de la société et de l'environnement.

8 comments

wednesday 13 january 2016 à 14:17 Tanguy said : #1

À noter que, même si le mégot n'est pas parfaitement éteint, il n'y a aucun risque d'incendie à remettre celui-ci dans la voiture, les sièges, tapis et panneaux étant largement ignifugés. Ça se saurait, si on pouvait mettre le feu à une voiture avec un simple mégot, d'ailleurs si c'était le cas, ce serait un problème de sécurité routière majeur, au point que fumer en voiture serait interdit depuis des décennies.

C'est tout de même à éviter si la voiture est remplie de papier ou de paille, évidemment !

wednesday 13 january 2016 à 15:35 patrick_g said : #2

Pourquoi ne pas faire simplement la remarque («C'est interdit de jeter des ordures sur la voie publique, Monsieur») sans re-balancer le mégot par la fenêtre ?
Cela me semble moins conflictuel (et moins dangereux) et donc peut-être susceptible de mieux faire passer le message non ?

wednesday 13 january 2016 à 16:07 Tanguy said : #3

@patrick_g : C'est une approche, qui a effectivement l'avantage de ne pas risquer de provoquer un énervement injustifié du malappris. Ses inconvénients sont que : ça défoule beaucoup moins, ça marque moins l'esprit du pollueur, qui peut même ne pas comprendre de quoi on parle, et ça laisse un mégot sur la route. Du point de vue psychologique, remettre le mégot dans la voiture constitue une forme de sanction, qui est censée être plus efficace que la parole seule : c'est bien pour cela qu'une amende est prévue pour ce genre de cas, si les policiers pouvaient bien réprimer effectivement ces comportements.

Je précise qu'en ramassant le mégot sur la route pour le mettre dans la voiture qu'il n'aurait jamais dû quitter, on effectue une bonne action. L'automobiliste est censé le garder jusqu'à pouvoir le mettre dans une poubelle, mais s'agissant d'un malappris, il risque évidemment de le remettre. Cette nouvelle pollution sera toutefois uniquement due à sa récidive, et on n'a donc pas à se la reprocher : en lui rendant son mégot, on a toujours effectué une bonne action, même s'il l'a sciemment annulée par la suite en effectuant la mauvaise action inverse. Question pollution, il serait évidemment plus efficace de mettre le mégot dans une poubelle, mais si on n'a que celle du pollueur, c'est toujours mieux que de le laisser trainer par terre.

Une piste à explorer consisterait à coincer le mégot quelque par sur la voiture, par exemple sous un essuie-glace, dans une grille de ventilation ou un joint de fenêtre, mais j'ai peur que ça prenne trop de temps et risque de compromettre la fuite pour se mettre hors de danger éventuel.

wednesday 13 january 2016 à 16:14 Tanguy said : #4

Concernant le mécanisme de sanction, en fait c'est assez simple : se contenter de parler, ça risque réellement d'être ignoré, puis probablement oublié. Rendre le mégot, ça marque réellement l'esprit du pollueur, qui a peu de chance de l'oublier de sitôt. Son énervement le montre, et même s'il sera d'abord dans le refus, il ne pourra pas oublier qu'un mégot, ça pollue, d'autant que s'il est énervé, c'est justement parce que ça salit l'intérieur de sa voiture. S'il récidive, ce sera sciemment, conscient qu'il est en train de polluer et de commettre une infraction.

Idéalement, c'est à la ville de communiquer, et à la police de sanctionner, mais le citoyen peut tout à fait se charger de la communication, et y ajouter une action inoffensive qui sera perçue comme une sanction légère.

saturday 16 january 2016 à 16:26 -Fred- said : #5

Bonjour,

Je suis non fumeur depuis presque 10 ans maintenant et je trouve moi aussi crado de jeter ses mégos sur la voie publique.

Ceci dit, je reste assez perplexe sur la méthode employée, je m'explique :

Des sanctions, il en faut et je n'en doute pas. Pour autant, tout le monde ne peut pas les donner. En tout cas, pas le particulier même s'il constate l'incivilité (ou sinon, ça ouvre le droit aux particuliers de se constituer en milices par exemple).

Tu expliques aussi que ça défoule. Ok, probablement, mais ça n'a pas d'importance. Ce qui compte ici, c'est l'enseignement que peut en tirer l'automobiliste indélicat. Si c'est un abrutis profond, faut pas trop compter sur les vertues éducatives de ton geste. D'ailleurs, tout le monde sait qu'un mégot jeté, c'est polluant, le problème n'est pas là.

Je pense que les seuls progrès peuvent être obtenus après un travail de fond et d'éducation. Des enfants sensibilisés par l'école à ces problématiques auront plus de poids ensuite pour en parler à leurs parents. Le procédé indirect par le biais des proches est probablement plus pertinent que l'attaque frontale.

Je ne dis pas que ça marche à tout les coups mais par exemple si l'un de mes enfants me voit faire quelque chose qu'on lui a dit de ne pas faire à l'école, il se posera des questions et me demandera pourquoi je le fait. La discution peut commencer bêtement comme ça et mener à un changement des comportements...

tuesday 23 february 2016 à 20:05 Jules said : #6

Bonjour.

Je tombe sur cet article via Planet Debian-FR !

Que vient faire ce billet d'humeur sur un fil censé traiter de Debian ?

En outre, bien qu'étant non fumeur et regrettant moi-même les abandons de mégots, je considère que votre comportement agressif et dangereux ne vaut guère mieux que celui du fumeur que vous avez agressé. Rien ne vous autorise à "éduquer" les gens selon vos désirs. Il me semble que vous n'êtes qu'un goujat intolérant et un bien petit esprit pour être assez stupide pour vous en vanter.

wednesday 24 february 2016 à 10:06 Tanguy said : #7

@Jules : Les aggrégateurs Debian et Debian-fr regroupent les articles écrits par des développeurs ou utilisateurs Debian, qui ne traitent pas forcément de Debian, du logiciel libre et de l'informatique, bien que ce soient naturellement les sujets majoritaires.

Quant au fait de corriger ainsi un pollueur, cet acte n'a rien de dangereux, l'intérieur d'une voiture n'étant heureusement pas inflammable. Rien ne m'autorise à faire cela en effet, mais dans un État de droit ce n'est pas nécessaire, il suffit que ce ne soit pas interdit. Enfin, en ce qui concerne mon intolérance, je considère que les actes inciviques doivent être réprimés et non tolérés ; ils ne sont d'ailleurs pas tolérés par la loi et ne devraient pas l'être par les forces de l'ordre. Les choses commencent d'ailleurs heureusement à changer à ce niveau, et les fumeurs pollueurs commencent à être verbalisés comme ils le méritent dans certaines villes. Même sans être agent de police, chacun peut aider en réprimandant les pollueurs.

Maintenant, à y réfléchir, il serait sans doute plus judicieux de rendre le mégot en le coinçant sous un essuie-glace plutôt que de le lancer dans l'habitacle, en disant au conducteur de le jeter dans une poubelle à son arrivée (« Ça pollue, par terre, vous mettrez ça à la poubelle, d'accord ? »). J'essaierai cela à la prochaine occasion.

monday 25 april 2016 à 21:15 medspx said : #8

Hello,

je suis fumeur (de pipe) et je suis d'accord avec l'action de Tanguy. Car il faut savoir que pour les mégots, il y a un cendrier dans la voiture pour les stocker. C'est d'ailleurs assez simple car on a souvent besoin de ce cendrier pour "taper" la cendre. Concrètement, placer le mégot dans le cendrier requière moins d'énergie et moins d'effort que de le jeter par la fenêtre. Donc le type qui le balance dans la Nature le fait sciemment, comme un bon je m'en foutiste qui sait que ça ne sert à rien mais qui souhaite aller au bout de la connerie pour juste faire chier les autres.

Le seul cas où il est indispensable de jeter le mégot par la fenêtre plutôt que dans le cendar, c'est lorsque le dit cendrier est plein... Mais, pour remplir un cendrier de voiture, il faut au moins y mettre l'équivalent d'un paquet de clopes. On retombe dans le cas extrême où le pauvre type qui n'en a rien à foutre des autres, n'en aura également rien à foutre que son cendar soit plein...

Pour ce genre de problème, l'attitude de Tanguy est effectivement à recommander car à ce stade, seule la surprise, la menace, la pression peuvent avoir une forme d'action sur un esprit qui a, pour le coup, franchement du mal et sur lequel, toute forme d'action civilisée, reposant sur la discussion, l'écoute, l'empathie ne saurait avoir d'emprise !

Donc, la prochaine fois que tu vois un mégot par la fenêtre, tu le replaces avec la phrase de Tanguy: ça ne peut pas faire de mal et c'est sans doute la meilleure méthode à utiliser pour obtenir un résultat minimal. Certes, ce n'est pas très correct mais le type en face l'est encore moins...

Write a comment

What is the first letter of the word jyzbhd? : 

Archives